Cozy, surveillance de masse et auto-censure

Ce billet est le premier d’une série visant à expliquer le contexte dans lequel Cozy opère, au delà de la technologie.

Il y a de nombreuses raisons d’utiliser Cozy, et l’une d’entre elles est de limiter la surveillance de masse, compte tenu des dangers qu’elle représente pour la démocratie.

Voyons quel rapport il y a entre Cozy, démocratie et surveillance de masse.

1 - L’accumulation de données

Avec l’usage grandissant des smartphones et des applications qui fonctionnent dans les navigateurs Web (Gmail, Google Maps, Facebook & co), nos données personnelles sont de plus en plus concentrées dans les datacenters de quelques grandes entreprises.

Ces grandes entreprises ont tendance à accumuler le maximum de données personnelles pour deux raisons :

  1. plus elles en savent sur nous, plus elles nous sont indispensables au quotidien, et plus nous aurons du mal à nous passer d’elles (variante du vendor lock-in)
  2. plus elles ont de données sur nous, mieux elles peuvent vendre de la publicité ciblée à leurs véritables clients, les annonceurs publicitaires.

appareil_sous_surveillance-2.jpg

2 - La surveillance de masse est en plein essor

Les révélations Snowden démontrent que des services secrets (la NSA aux USA, la DGSE en France et leurs équivalents dans d’autres pays) travaillent ensemble à la surveillance des communications de leurs citoyens du monde entier.

Snowden, à propos de ces programmes de surveillance, déclare :

J’ai publié des preuves qui démontrent que certains gouvernements mettent en place un système mondial de surveillance qui vise à pister secrètement comment nous vivons, à qui nous parlons et ce que nous disons. (…)

Ces programmes n’ont rien à voir avec le terrorisme : il s’agit d’espionnage économique, de contrôle des populations et de manipulation diplomatique. Leur enjeu, c’est le pouvoir.

3 - La centralisation des données rend économiquement possible la surveillance de masse

Surveiller les communications des milliards de téléphones, de smartphones et d’ordinateurs connectés à Internet est bien sûr très coûteux car très complexe. Les moyens dédiés à la surveillance de masse sont énormes, mais la tâche plus grosse encore. C’est pourquoi s’attaquer aux données là où elles sont centralisées, chez quelques très grandes sociétés, est un moyen plus facile donc économique de surveiller un maximum de monde à moindre coût.

4 - la surveillance de masse mène à l’auto-censure

Une nouvelle étude démontre que la surveillance par les gouvernements a un impact négatif sur le débat démocratique, car il empêche l’expression d’opinions minoritaires.

Cette étude, publiée par le Journalism and Mass Communication Quarterly, est l’œuvre d’Elizabeth Stoycheff, assistant professor à la Wayne State University, Minnesota. Elle déclare au Washington Post (traduction du Monde) :

Ça m’inquiète que la surveillance semble établir une culture d’autocensure, car cela a pour conséquence de priver d’expression les minorités. Et il est difficile de protéger et d’améliorer les droits de ces populations quand leurs voix ne font pas partie du débat. La démocratie se nourrit de la diversité des idées, et l’autocensure l’en prive.

Il y a eu d’autres études, par exemple en Allemagne il y a plusieurs années, qui vont dans ce sens, comme l’explique PrivateInternetAccess.com :

La moitié des Allemands arrêteraient de passer des appels téléphoniques s’ils pouvaient être utilisés contre eux dans le futur. Cela inclut une longue liste d’appels qui pourraient les identifier comme “faibles” - prévention du suicide, ou des conseils conjugaux ou liés à la drogue.

5 - De l’importance de la décentralisation et du chiffrement des communications

Chez Cozy, nous croyons qu’Internet est un outil formidable qui peut aider à créer un monde meilleur, dans la mesure où il est utilisé à bon escient. Malheureusement, la surveillance de masse – rendue possible par la centralisation des données, la publicité ciblée et les communications non chiffrées – nuit gravement aux promesses positives d’Internet. C’est pour cela que nous, chez Cozy, travaillons dur à la création d’un Cloud personnel décentralisé et dont les communications sont chiffrées.