Yannick Bidois rejoint Cozy Cloud !

Dire que Yannick s’est retrouvé chez Cozy par hasard n’est qu’une légère exagération : fatigué de l’ambiance des grands groupes, il venait de quitter Nissan et songeait à monter sa propre boîte. Il est rentré dans le monde des start-up par les cercles d’entrepreneurs, bien décidé à lancer un projet à mi-chemin entre la finance et les ressources humaines.

Banner

Dire que Yannick s’est retrouvé chez Cozy par hasard n’est qu’une légère exagération : fatigué de l’ambiance des grands groupes, il venait de quitter Nissan et songeait à monter sa propre boîte. Il est rentré dans le monde des start-up par les cercles d’entrepreneurs, bien décidé à lancer un projet à mi-chemin entre la finance et les ressources humaines. Las ! Son associé ayant dû renoncer à l’aventure, notre Yannick ne se voyait pas réintégrer un mastodonte et avait pris goût à l’esprit start-up. C’est à ce moment-là qu’il est tombé sur une annonce de Benjamin, qui cherchait un bras droit capable de gérer la partie administrative, financière et RH de Cozy Cloud. Détail non négligeable : ils habitaient à 200m l’un de l’autre, et se sont donc rencontrés à mi-chemin, dans une improbable petite buvette du quartier, pour parler de Cozy. Le courant est passé, et il rencontrait Tristan quelques temps après dans un endroit bien plus avenant : le Opera Hôtel Diamond, en plein coeur du 8e arrondissement. Et Yannick faisait ses débuts chez Cozy.

Immédiatement, l’épreuve du feu : il s’est retrouvé jeté aux lions d’Orange Labs, où il a dû défendre Cozy pendant trois jours. Lui qui cherchait du dynamisme, il a été servi. Yannick est notre premier profane, le premier qui ne vient ni de près ni de loin de l’informatique. Il nous vient d’une école de commerce grenobloise, où il a appris à connaître le fonctionnement d’une entreprise. Il a poursuivi son cursus en double master de développement durable pour approfondir ses connaissances en matière d’éthique et d’écologie. Certes, Cozy n’est pas à proprement parler une entreprise d’écologie, mais ces notions de durabilité, de cercle vertueux, de respect et d’éthique nous tiennent à coeur. Et il semble qu’il s’y retrouve !

Mais pas question de le ranger au placard une fois la journée terminée. Pendant son trop rare temps libre (car Benjamin veille à le tenir occupé), Yannick fait de la photographie, avec une préférence pour les paysages. Lecteur insatiable, de Nietzsche aux méthodes de développement personnel, il a également un goût particulier pour les récits de voyage et les polars américains. Mens sana in corpore sano - n’imaginez pas Yannick en rat de bibliothèque - il a le projet ambitieux de courir un marathon l’an prochain, et s’entraîne régulièrement à cet effet (d’autant que maintenant que le projet est public, nous ne lui laisserons aucun répit). Une vie hors de Cozy qu’il résume très bien en quelques mots : “ma principale activité, c’est de ne pas ouvrir mon ordinateur”.

Yannick est un objet comptable non identifié, la preuve que la finance peut avoir un coeur, une belle personne qui ne nous prend certainement pas pour des ressources humaines et qui est toujours prêt à nous pardonner nos retards de notes de frais et notre phobie administrative. Nous espérons l’avoir longtemps à nos côtés !