Plateforme personnelle vs plateforme centralisée

Une récente vidéo présentée par le CNNum (dont je suis un ancien membre) pose avec brio et beaucoup de pédagogie la question de la confiance que l’on peut accorder aux plateformes, ces grandes entreprises qu’on appelle parfois GAFAM (Google Apple Facebook, Amazon et Microsoft, mais qui incluent aussi Spotify, AirBnb, Uber, Youtube, etc).

C’est vrai qu’il y a de quoi se poser beaucoup de questions à leur sujet : comment valent-elles si chères en bourse alors que bien souvent leurs produits sont gratuits ? Que font-elles avec nos données personnelles ? Comment sont-elles impliquées dans les affaires de surveillance de masse ?

Il se trouve que Cozy, le Cloud personnel, est aussi une plateforme, mais une plateforme d’une autre nature, créée dans l’idée qu’il faut préserver les données personnelles et l’intimité des utilisateurs. Pour cela, il faut repenser entièrement le modèle. Voici en quoi Cozy et les grandes plateformes diffèrent :

  • Cozy ne monétise pas vos données personnelles (et ne les fouille donc pas), contrairement à beaucoup d’autres plateformes, Google et Facebook en tête ;
  • Cozy est un logiciel libre, donc son code source est public et auditable. On sait ce que fait le logiciel, on peut donc avoir confiance en lui ! C’est le contraire du coté boite noire des plateformes centralisées :
  • Cozy n’est pas centralisé, vous n’êtes pas dépendant d’un unique acteur. Comme le code source est libre, vous pouvez choisir où héberger votre serveur : chez un fournisseur auquel vous faites confiance, ou sur votre propre serveur ;

La vidéo explique que les plateformes nous disent « donnez-nous vos données, on s’occupe du reste ». Avec Cozy, vous gardez vos données, et on vous donne des outils pour les exploiter chez vous, dans votre domicile numérique !

En effet, Cozy, c’est vraiment une approche à contre-pied des grandes plateformes, une approche d‘empowerment de l’individu avec ses données personnelles. En quelque sorte, Cozy c’est la plateforme de confiance qui prépare l’après Google et Facebook. Qu’on se le dise !